Jeudi, 27 Janvier 2011 02:37

Sénégal: La femme au foyer et le mariage dans la rue

Le mariage de nos jours a perdu tout son caractère sacré. La rue publique constitue le point de convergence de tout ce qui se passe dans le lit nuptial. Étant le lieu de rencontre habituelle des chômeurs, ou à longueur de journée leurs amis fidèles « le barada et le fourneau » comme Fidel Castro et Tche Guevara, les tiennent compagnie pour meubler le temps, la rue publique attire au jour le jour de nouveaux adhérents et chacun raconte son quotidien.

 

De l’autre coté de l’avenue des thianeurs, s’érige un comité de femmes. L’écho de leur voix parvenait jusqu’aux quatre coins de la rue: des rires, des tapes amicales etc. Leur discussion portait tantôt sur leur époux tantôt sur leur deuxième bureaux ou copain.

C’était toute une peine à saisir leur speech tellement que leur message était rempli d’immondices. C’est ainsi qu’un des nouveaux venus a fait un briefing sur leurs activités quotidiennes. Elles sont mariées et mènent une vie de Bohémiennes. Le chef de fil se nommait A.Z pour garder l’anonymat. Une femme qui avoisine la cinquantaine, était mère de quatre filles et d’un garçon. Elle disait que son époux n’arrivait pas à la satisfaire sexuellement, un homme d’une soixantaine.

Elle s’est trouvé un jeune et musclé gentle man qui lui procure toute sorte de plaisirs. Mais dommage qu’elle le voit trois fois par semaine. Ils se croisent chez une de ses amies car son mari reste la plupart du temps en Europe et ne revient qu’une fois par an. Et quand l’un des membres de l’écurie l’interroge sur la réaction de son mari face à ses multiples sorties. La réponse est simple:

J’assure la dépense quotidienne, la scolarité des enfants, bref je gère tout dans la maison. Il ne fait que dormir. Je l’ai demandé à maintes reprises le divorce mais en vain. Maintenant je fais ce que bon me semble.

L’autre femme du nom de S.D parlait sur un ton houleux. Elle dénonçait l’attitude de son mari qui ne sait dire qu’une chose: déshabille-toi. Et après la partie de jeux de jambes en l’air, il se mettait aussitôt à dormir. Donc dans trois jours pour une prochaine séance d’ébats sexuels. Elle termine en ces mots: c’est à voir si mon mari est viril.

La drianké, de teint clair, taille 1 mettre 98, poids à peu prés 100 kg, s’était faite appeler, chef d’écurie. A cent mètres, le son de cloche des perles enroulées tout au tour de ses hanches se faisait entendre et son parfum que les gens qualifiaient d’aphrodisiaque encensait toute l’avenue. Pour ne pas susciter des pulsions, mieux vaut arrêter la description. Elle adressa une salutation suivie d’un sourire radieux. Elle laissa échapper ces mots: sama kass mba ma todj kass. Je veux un leuweul bien encensé de Nana, sucre vanille, pastille. Et lorsqu’elle se mettait à parler tout le monde l’écoutai. Vous savez, disait-elle: avec tout l’or du monde et les plus belles filles, mon mari n’ose me comparaitre à personne. Je suis la première et la dernière. La liste est close. Je joue le rôle de quatre femmes. Avant d’arriver à l’acte sexuel avec mon Papa chéri, y’a tout un processus à suivre. C’est la première fois que j’entends de tels noms d’encens. Elle continua son discours inaugural. J’ai un stock d’encens de tout genre et selon la situation j’utilise un qui va avec. Le plus dangereux de ces encens c’est sans aucun doute « REYMA PAK » que je préfère. La première fois que je l’ai utilisé, mon Amoul BAYI a failli mourir tellement qu’il avait une folle envie de moi alors que c’était juste les préliminaires. Après cette première nuit de noce il est resté aliter un mois. Certes je représente tout pour lui mais seulement je n’arrive pas à exploiter le potentiel que j’ai. Il me faut un grand et gros homme.

Dans la société sénégalaise, beaucoup de gens pensent que l’échec ou la malédiction peut être compris sous l’angle maternel. Selon la tradition, c’est la femme qui doit bâtir l’avenir de ses enfants. C’est le premier conseil qu’on donne à une nouvelle mariée: si tu veux un futur radieux pour ta progéniture, obéit au plus haut niveau ton époux car c’est lui qui détient la clé pour accéder au paradis. Toute conduite ignoble envers ton mari répercuterait sur tes enfants. Si on se réfère à nos valeurs culturelles, la femme a toujours joué un rôle très important dans la société traditionnelle. Certains diront qu’elle est reléguée au second plan. Mais si on parle de société, on pense à une présence d’individus, quand il y’a individu il y’a forcément des naissances. Et qu’est-ce-qui donne la vie? C’est sans aucun doute la femme. L’homme quelque soit son statut, était fœtus et protégé dans le ventre de sa mère. Après sa naissance qui s’occupe de lui? C’est aussi sans doute sa maman qui pendant de longues nuits tumultueuses, veille sur son enfant, lui procure Amour et tendresse. Tous ces grands Hommes dont on se targue, avaient des mères qui au summum de l’obéissance, écoutaient soigneusement ce que leurs époux disaient. A titre d’exemples on peut citer: « Mame Diarra Bousso qui restera pour de bon une leçon et une référence pour toute femme qui veut donner naissance à des érudits car elle obtempérait toujours à son mari quelque soit les instructions qu’il lui donnait. Ce qui l’a valu ce fils qui porte le nom de Serigne Touba connu partout à travers le monde. Pour rappel, elle a tenu la palissade sous l’ordre de son mari toute la nuit alors qu’il pleuvait. C’est au petit matin que son époux a constaté qu’elle est restée debout toute la nuit tenant la palissade. Ébahi son époux formula des prières pour que Dieu donne à son épouse un fils qui marquera son temps et ces prières furent exhaussées».

«La fille du Prophète (PSL) Fatoumata pleurait à chaude larmes quand elle s’apprêtait à rejoindre son domicile conjugale. Sidéré les gens lui demandaient pourquoi tu pleures où tu veux renoncer au mariage. Cette dernière répondit quelques instants après en ces mots: je sais que la femme a trois demeures dans ce bas monde. La première est celle de son père et si jamais elle la quitte c’est pour aller dans sa deuxième demeure c'est-à-dire chez son époux et s’il en sort c’est pour se reposer pour de bon dans un cimetière où sa dernière demeure. Donc pour rien au monde je ne retournerai chez mes parents ».

Ce qui traduit que quelque soit les obstacles, les difficultés qu’elle rencontrera, elle restera toujours dans son foyer.

La leçon qu’on en tire c’est la longanimité, l’obéissance, le respect, l’abnégation, une considération des valeurs culturelle et traditionnelle et j’en passe. Ces mots ou groupes de mots constituent sans aucun doute le piédestal de toute relation qui se veut sérieuse et sincère.

Ainsi le rêve de tout un chacun qu’on le divulgue ou pas est de passer le reste de son séjour terrestre avec l’homme ou la femme de sa vie. On a l’habitude de dire que derrière tout grand Homme y’a une grande dame. Pour illustrer cette assertion je me focalise sur l’accession de Barack Obama à la maison blanche dont sa femme Michelle Obama a joué un rôle primordial.

Un brillant et émérite journaliste chroniqueur disait « Nous ne sommes pas du genre à déposer les armes des les premiers obstacles de la vie car le chemin de la réussite est parsemé d’épines ».

Cette belle citation illustre la vie avec tout ce qui s’y trouve. Car pour atteindre son objectif il faut beaucoup d’abnégation, de courage, de patience mais surtout d’endurance.

La vie de l’homme sur terre est marquée en général par deux mondes différents c'est-à-dire celui du célibat et celui du mariage. Donc la vie en couple va forcément changer et ça dépend de quelle interprétation en ferons nous. J’entendais dire nos aïeuls qu’une femme mariée doit poser ces armes qui suivent sur son lit de chevet:

 

-A part son époux ne pas avoir confiance en personne
-Que personne ne réussisse à te faire dévier de ton chemin que tu t’es tracé qui doit être pavé par les règlements et les lois qui régissent le mariage
-Quelque soit son humeur toujours parler avec son époux sur un ton apaisant
-Respecter et appliquer les paroles de son époux a moins que ça n’aient aucun rapport avec ce qu’a dit le coran.
-Obtempérer jusqu'à son dernier souffle a son époux
-Limiter ses fréquentations et savoir choisir ses amies
-Savoir écouter tout le monde pour en tirer les meilleures les conclusions
-Ne pas agir du tic au tac quelque soit son mécontentement
-Toujours consulter son époux avant de s’engager sur quoi que ce soit
-Discuter, bercer, dandiner bref user tous les astuces pour rendre heureux son époux
-Garder secret au plus profond de soi tout ce qui se passe dans son ménage à savoir l’intimité avec son mari, les disputes etc.
-Avant de sortir ou d’aller n’importe ou avoir l’aval de son époux
-Faire de la longanimité son credo
-Être ouverte et sympathique avec tout le monde
-Mais aussi savoir se faire respecter quelque soit son ouverture

 

Certes la liste est exhaustive mais ces points ci-dessus résument tout et c’est sur que d’autres se feront entendre et il faut en prendre et en laisser.

L’enfant demanda à son père: Papa me conseillez-vous à prendre une épouse?
Le Père: Si c’était à refaire je resterai célibataire.
L’enfant: pourquoi?
Le Père: j’ai peur que mes enfants soient l’opprobre de la société

« Dans tous les cas mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne femme vous êtes heureux. Si vous tombez sur une mauvaise femme c’est encore meilleur car vous devenez philosophe » disait un grand philosophe.

A vous de décider ...

 

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com
Dernière modification le Jeudi, 27 Janvier 2011 03:01
Ziz le thianeur

Ziz le thianeur

Le mec que tu vois au coin de la rue avec son barada et le petit fourneau, celui là avec son pli de journaux et son stylo, lui avec sa tête poilu et son petit bonnet dessus... Éhhh oui, c'est moi, celui qui passe son temps dans le quartier à faire du thé en longueur de journée...

 

Me voici, Ziz' le Thianeur, pour vous servir!

Site web: www.ruepublique.net

Denier de Ziz le thianeur

Articles similaires (par étiquette)

Haut de la page