Jeudi, 14 Juillet 2011 19:40
Évaluez cet article
(0 votes)

Quel dialogue monsieur le président ? Favori

 

Le président de la république, Maitre Abdoulaye Wade, fara wade ndiak, daro wade ndiak, youk maassi Kebemer, par le biais de quelques bonnes âmes a manifesté sa disponibilité à établir le dialogue avec l’opposition. Un appel « sincère » qui survient au lendemain des évènements du 23 Juin et 27 Juin 2011. Cependant, au regard des actes que Maitre Wade a antérieurement posé à travers le projet de loi sur le ticket, nous sommes légitimement en mesure de nous poser la question suivante : DE QUI SE MOQUE T-ON ?

 

 

Est il sensé de vouloir réduire un élan populaire massif à un dialogue de partis ?

Si la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple, le dialogue des différents acteurs qui y interviennent contribue fortement à établir un consensus, un gentlemen agreement pour reprendre nos amis anglo-saxons. Force est de constater que ce cordon n’existe point du fait de votre entêtement à résumer l’Etat à la Politique politicienne.

En 2000, en vous portant à la magistrature suprême, après 40 ans de règne socialiste qui avait fini de nous mettre à genoux, nous le peuple options pour ce cri de ralliement optimiste : le Sopi dont vous étiez le chantre. Monsieur le Président que le sénégalais connaissait alors s’épanouissait au contact des foules, Monsieur le Président d’alors communiait avec un peuple en quête du vrai changement. Hélas, hélas, ce peuple si vaillant avait certainement placé trop d’espoir en vous, ne remarquant pas qu’en 26 ans d’opposition vos principes, vos valeurs, votre combat avaient fondu sous le soleil de l’attente. Churchill au lendemain du débarquement de Normandie, disait «  Jamais dans l’histoire de l’humanité autant d’Hommes n’ont dû leur salut à si peu d’Hommes ». 26 ans d’opposition, 26 ans de dette psychologique, financière, morale à des gens au détriment d’un peuple.

 

Connaissez vous, comprenez vous ce Peuple ?

En 2011, ce peuple si patient, ce peuple si attentif a fini de reprendre son dû à la banque de l’injustice, de l’insolence. Ce peuple si tolérant a fini de vous lancer le message suivant «  Nous le Peuple, Nous le pouvoir » espérant que vous comprendriez la profondeur du malaise global et massif. Le 23 Juin 2011 est une date historique car le peuple vous a rejoint dans le seul dialogue que votre régime a pratiqué : la confrontation. A cette épreuve, vous avez perdu. Vous avez perdu lamentablement Vous qui vous caractérisez par ces deux maximes «  la fin justifie les moyens » et «  devant l’impossible nul n’est tenu ». Echec et Mat Excellence, Grand Petit Maitre Wade qui n’a d’autre réponse au peuple que d’apposer un silence qui finit de nous persuader d’une chose : Votre manque de courage. Le regard combiné du père ou de la mère de famille qui joint difficilement les deux bouts à la fin du mois, le regard de ces milliers de jeunes diplômés sans emploi qui n’ont d’autre choix que les vagues de l’Atlantique sont-ils devenus subitement trop pesants Monsieur le Président ?

Est-ce la déclaration du transhumant Mbaye Diack sur votre soi disante volonté à respecter une «évidente » invalidation prochaine de votre dossier de candidature, est-ce la lettre «pathétiquement attendrissante » de Karim Meissa Wade, est-ce la logique du «  œil pour œil, dent pour dent », est-ce l’appel au secours de votre fils aux forces françaises, est ce votre « dream team » de 6 bonnes âmes «  charitables » votre seule réponse à la détermination du peuple Sénégalais ?.

 

Quelle passerelle pour un vrai dialogue ?

Le choix des Hommes

La crédibilité des Hommes.

Sans jeter l’opprobre sur ces 6 « djéngoumanes », permettez-moi Monsieur le Président de vous rappeler l’évidente réalité du 23 et 27 juin. Excellence, loin de votre vision délibérément réductrice de résumer les acteurs de cette victoire d’étape aux partis politiques, comprenez que c’est le peuple dans toute sa composante qui se libérait de ses chaines. Si vous avez un dialogue à instaurer, cela sera non pas avec les partis politiques mais avec le peuple. Et ce Peuple n’attend de vous que deux choses :

1/ Que vous appliquiez scrupuleusement la constitution qui vous interdit, par ailleurs, de vous présenter pour un 3ème mandat.

2/ Que vous mettiez en place une structure indépendante garantissant des élections libres et transparentes.

Par ailleurs, l’on ne s’attardera pas sur la curieuse coïncidence qui fait que la majorité de nos 6 « djengoumanes » de « bonne foi » vous doivent beaucoup.

Excellence, Maitre Abdoulaye Wade, fara wade ndiak, daro wade ndiak, youk maassi Kebemer, au vu de votre parcours, au vu de votre œuvre et de vos acquis, vous vous devez une sortie plus qu’honorable pour l’Histoire.

Monsieur le Président de la République, Aidez nous à vous aider.

FARA NDIAYE jr

 

 

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com
Dernière modification le Jeudi, 14 Juillet 2011 19:48

Articles similaires (par étiquette)

Haut de la page