Lundi, 18 Juillet 2011 23:36
Évaluez cet article
(0 votes)

Le journal de Bamba Ndiaye chercherait-il à discréditer le mouvement "Y'en A Marre" ?

Bamba Ndiaye

Paru dans la presse ce lundi, l'article publié par le journal « Le Messager » est venu semer le doute dans l'esprit de bien des sénégalais. À en croire le papier du Ministre conseiller chargé des affaires religieuses Bamba Ndiaye, le mouvement « Y'en A Marre » serait entre « Argent », « Intrigues » et « Trahisons ».

 

 

Un journal aux couleurs « Bleu »

Inutile de rappeler ici les raisons qui ont amené ce secrétaire général d'un embryon de parti politique à devenir un satellite de « Ministre conseiller des affaires religieuses » dans le gouvernement de Souleymane Ndéné Ndiaye. Il suffit de un coup d'œil sur sa ligne éditoriale pour comprendre plus aisément sa position à l'endroit de l'opposition et des associations de la société civile. Saluer la « hauteur d'esprit du chef de l'état » et par la même occasion « vandaliser l'opposition », le journal « le Messager » ferai douter de sa neutralité et de son éthique journalistique sur le traitement des informations. On se rappelle tous du scandale « Malick Bâ », ce jeune citoyen sénégalais tué lors des manifestations de sangalkam. Une information traitée presque en partie de façon unipolaire dans sa ligne éditoriale. Alors, cette jeunesse sénégalaise qui s'identifie à travers la philosophie du Mouvement « Y'en A Marre » pourraient bien se retrouver indignées face à cet article rédigé pour le compte d'un certain rappeur qui se fait appelé « requin ». Le « Messager » serait-il une presse pour servir et remercier le président ? Les journalistes sont-ils sommés de rédiger que des sujets qui fâchent pas le patron ?

 

Capture site LeMessagerSur leral.net, le journaliste Momar Mbaye n'y est pas allé à quatre chemins : « Il en avait toujours rêvé, Abdoulaye Wade l’a réalisé. Bamba Ndiaye, le valet de chambre de Karim Wade et l’incarnation parfaite et personnifiée du journalisme couché, vient d’emprunter l’ascenseur du Sopi, dans un immeuble en flamme. Une gratification dont la République se serait passée volontiers.
Le journal « Le Messager » fait partie de ce qu’on appelle les journaux du Palais, cette presse alimentaire qui ne vit qu’au dépens et au bon vouloir du prince. Par journaux du Palais, entendez aussi « Il est Midi » du champion du monde de l’intoxication et de l’extrapolation que je ne veux pas citer, et « Express An Nur », la lumière, ou plutôt une lumière sombre profondément engloutie dans les lueurs ténébreuses du Fou du Roi... A Bamba, il ne faut pas lui en vouloir parce qu’il ne peut pas faire autrement ; j’ai compris à quel point il tenait à cette promotion, raison pour laquelle il a mis son cerveau d’oiseau en veille prolongée et tape aveuglément sur tout ce qui, à ses yeux, constitue une menace pour la survie du régime de son mentor. Vous avez sans doute suivi sa prestation sur Walf Tv, en compagnie d’un certain Babacar Mbaye « Mouskade », chantant les louanges de leur Karim bienfaiteur. »

 

De la corruption des valeurs morales à la corruption des causes

Traiter le mouvement « Y'en A Marre » de corrompu c'est traiter le peuple en entier de trahison. Il est certes sans aucun doute facile de corrompre une ou un groupe de personne, mais c'est peine perdue d'essayer d'user d'une ruse manipulatrice pour tromper l'opinion. La pire des corruption est celle du système. Rester impuissant et inactif devant le désenchantement démocratique. Bien que conscient de la déchéance avilissante de la population de ce pays, de ses idéaux et de ses valeurs, ils ne font plus absolument rien pour combattre ou atténuer le phénomène de la mal-vivre des sénégalais.

Corrompu par le silence devant l'impunité et du laissez-faire, complétement étranger à la démocratie. Il serait beaucoup plus judicieux de chercher à comprendre les raisons du « Y'en A Marre » commun des sénégalais que d'essayer de le discréditer par tous les moyens. Le mouvement Y'en a marre prône des valeurs qui tournent autour de l'engagement individuel dans une communauté civique, de la moralisation du politique, de l'acte de citoyenneté, exercé dans les canaux traditionnels de l'institution.

 

En tant que jeunes de ce pays et en tant que sénégalais revendiquant la philosophie « Y'enamarriste », nous nous indignons fermement face à cette manipulation dramatique qui n'ont d'objectif que faire taire les sénégalais qui crient haut et fort leur mécontentement. Pas besoin de créer des confusions en tendant un micro à un inconnu pour recueillir ses commentaires sur un mouvement qui revendique les intérêt d'un peuple.

 

Nous sommes « Y'en A Marre » et nous le resterons au plus profond de notre âme jusqu'à ce que le glas de ce régime soit sonné.

 

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com
Dernière modification le Lundi, 18 Juillet 2011 23:47
Walid Faye

Walid Faye

" Il n'y a qu'une seule chose qui puisse rendre un rêve impossible à réaliser : c'est la peur d'échouer. "

Voilà ... Walid, toujours pour vous servir.

 

Site web: www.ruepublique.net

Denier de Walid Faye

Articles similaires (par étiquette)

Haut de la page