« Rewmou Tass », ou la malédiction du Palais