Mardi, 06 Septembre 2011 15:26
Évaluez cet article
(0 votes)

Le Sénégal 2012 Favori

Le Sénégal tend vers une année électorale. Une seconde alternance sera nécessaire pour la bonne marche du Sénégal et le bien être des sénégalais. La première alternance qui fait figure d’une ‘’alter nonce’’ est le fruit d’un ras-le-bol de la population le 19 mars 2000, date à laquelle le Président de la République Abdoulaye WADE est arrivé à la magistrature suprême en ‘’out sider’’.
Une seconde alternance est prévisible en 2012, cette dernière doit faire l’objet d’un choix judicieux, au risque de mener le Sénégal dans un Ko. Il est évident que notre pays fait face à une impasse, et rencontre sur son chemin des nombreuses irrégularités et les dysfonctionnements récurrents qui installent la fraude au cœur du processus électoral. la responsabilité de la transparence et de la régularité de l’élection présidentielle de 2012 incombe à Abdoulaye Wade.
Dans cet ordre d’idées, il s’agit de susciter de larges concertations avec les acteurs politiques et de la société civile sur l’ensemble du processus électoral, des concertations qui, si elles sont engagées avec responsabilité, pourront aboutir à un consensus sur un système électoral dont les règles sont discutées, arrêtées et acceptées par tous. A cet égard, l’exigence de la revue du Code électoral reste toujours actuelle parce qu’elle permettrait aux acteurs de proposer des mesures réglementaires pour améliorer notre système électoral. Donc commencer par crée un équilibre entre la population, les inscrits, et les votants, et de même pour le vote des militaires et parmi les problèmes qui doivent être traités à l’occasion de la revue du Code électoral figurent la multiplicité du vote, l’utilisation du spray (encre indélébile invisible) pour garantir l’unicité et l’authenticité du vote, la fermeture des bureaux de vote à 18 heures pour une meilleure reconnaissance faciale des électeurs et pour éviter les transferts d’électeurs voltigeurs, une bonne supervision du vote des militaires et paramilitaires. Dans le même sens, les recommandations de la CENA et celles consécutives à l’audit du fichier électoral doivent être mises en application pour permettre de régler définitivement les questions de la qualité de l’électeur et du nombre d’électeurs par bureau de vote, qui ne doit pas excéder 500. L’issue d’un tél procédé va garantir la crédibilité et la légitimité des institutions républicaines ainsi que la stabilité de notre pays. S’assurer de la neutralité du Conseil Constitutionnel, pour des candidatures recevables et des résultats fiables. La leçon de la Cote d’Ivoire, et du Cameroun en disent long.
Enfin, c’est devenu une évidence que seul un organe de gestion des élections disposant des pouvoirs les plus étendus dans l’ensemble du processus électoral pourrait garantir la régularité et la transparence de la prochaine élection présidentielle 2012.
Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com
Dernière modification le Mardi, 06 Septembre 2011 15:49
Le Vigile du quartier

Le Vigile du quartier

Xuli Bët - Rédacteur en chef de la Rue Publique.net

Vous pouvez me contacter pour toutes suggestions et commentaires. Si vous voulez devenez rédacteur, c'est simple, inscrivez-vous sur le site et commencer à publier vos articles et billets.

Site web: www.ruepublique.net
Haut de la page