Mardi, 29 Novembre 2011 17:58
Évaluez cet article
(1 Vote)

Youssou Ndour : Président de la république du Sénégal en 2012. Pourquoi pas ?

« Demande pas ce que ton pays pourrait t'apporter, demande plutôt ce que tu pourrais apporter à ton pays » avait dit le président John Kennedy. C'est certainement l'une des réflexions qui ont motivé le chanteur homme d'affaire Youssou Ndour à vouloir présider aux destinées de ce pays. Se sentant aguerrit et pensant avoir atteint son âge canonique pour répondre aux exigences d'un démocratie naissante et imposante, le roi du Mbalakh vient défier les ténors de l'univers politique sénégalais.

De quoi a t-on besoin pour diriger un pays ?

Ne dit-on souvent que « la démocratie est l'art de supprimer les mécontentements » ? si cet adage est valable, cela dit que quiconque souhaitant servir son pays en réduisant les souffrances, en développant l'économie, en maintenant stable le niveau de vie de la population, assurant un système éducatif fiable et efficace, en gérant un système sanitaire optimum, en assurant la sécurité des personnes et de leurs biens et en garantissant les rapports internationaux louables et avantageux arriverait à se positionner comme un président modèle. Faut-il une formation spécifique pour cela ? S'agit-il d'une chimère tout simplement ? Ou bien ce candidat devrait-il s'armer d'une formule magique ? Doit-on être fin politicien pour pouvoir se lancer dans la course ? Une chose est certaine, des pays ont tenté le coup en rompant d'avec les politiciens et cela leur a réussi. Pourquoi au Sénégal on devrait toujours se limiter à ne faire confiance qu'aux hommes politiques qui le plus souvent ne se préoccupent que de la survie de leur parti. Un agriculteur au brésil, un musicien en Haïti, un Dj au Madagascar, pourquoi pas un chanteur au Sénégal ? Notre président actuel n'a t-il pas les plus haut et prestigieux diplômes que tout universitaire rêverait d'obtenir ? Si un chanteur cherche à s'opposer à lui, c'est parce qu'il aurait failli quelque part. Alors, qu'on soit diplômé ou non, ce qui réussi le plus à un Président, c'est d'abord et avant tout un bilan positif qui peut se résumer sur la satisfaction commune de la population qui voit ses souffrances réduites ou amoindries.

L'élection présidentielle 2012 : « Jeux de mains, jeux de vilains » ?

Aujourd'hui si certains candidats pensent avoir gagner la bataille de l'opinion, il n'en demeure pas moins que certains s'attendent à de grandes surprises à l'issu des votes. Si certains montrent qu'ils ont du peps, d'autres par contre continuent à se chercher pour se frayer une place dans les grandes conversations de l'opinion nationale. La candidature de Youssou Ndour elle, a fini de susciter l'engouement de la presse même si cette dernière ne finit pas de battre en brèche toute volonté du roi du Mbalakh à vouloir diriger ce pays. C'est dire tout l'impact que cela pourrait avoir si cette candidature venait à se confirmer le 2 janvier date de rendez-vous donné par le chanteur qui jusqu'à cette date là s'engage à honorer ces contrats qui le lie à la musique. Sera-t-il courtiser par les politiques pour négocier un ralliement connaissant la force de mobilisation du chanteur ?

Être président oui ! Mais ne jamais espérer hériter d'un palais pire qu'une auberge espagnole.

 

 

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com
Le Vigile du quartier

Le Vigile du quartier

Xuli Bët - Rédacteur en chef de la Rue Publique.net

Vous pouvez me contacter pour toutes suggestions et commentaires. Si vous voulez devenez rédacteur, c'est simple, inscrivez-vous sur le site et commencer à publier vos articles et billets.

Site web: www.ruepublique.net

Denier de Le Vigile du quartier

Articles similaires (par étiquette)

Haut de la page