La campagne électorale tourne à la répression, à l’image du bilan « droits de l’Homme » du président Wade