Lundi, 11 Août 2014 09:41

Procés Karim Wade : Accusé par les sénégalais en 2012 et soutenu en 2014

Accusé hier de voleur, d’une mauvaise gestion des différents ministères qui étaient sous sa tutelle, de dilapidation de l’économie sénégalaise, Karim Wade, le fils de l’ex président du Sénégal Abdoulaye Wade est érigé aujourd’hui comme un héros national. Est-ce une insulte à l’intelligence de milliers de sénégalais ou un regret d’avoir emprisonné sans preuve un adversaire politique redoutable?     

 

                                                                                           

Pour rappel, le règne du régime PDS était d’une gabegie extraordinaire. Leur guide suprême ou autrement dit le pape du sopi se plaisait à dire qu’il a créé des milliardaires sous son magistère. Ainsi sous la colère des sénégalais, subsiste un vote sanction qui lui a été infligé lors des élections présidentielles de 2010 pour stopper son envie ardente de faire du Sénégal une monarchie et de le mener à la dérive alors qu’il incarnait l’espoir de toute une nation durant les campagnes électorales. Aujourd’hui, bien que le PDS ne soit plus à la haute magistrature, mais il a cas même le mérite d’avoir façonné  un nouveau type de sénégalais sous l’aire de l’alternance. En conséquence ce nouveau type de sénégalais  se reconnait par son « WAX WAXET » dont le père spirituel et fondateur est sans doute  l’ex président Wade, par son indiscipline, par son ignorance, par son fanatisme, par son expertise à corrompre, par son manque d’éducation et de compétence chronique …. Cet héritage du nouveau type de sénégalais est la conséquence qui résulte aujourd’hui de nos actes au jour le jour et à tous les niveaux. La parole et les actes ne sont animés que par une ignorance terrible. Dés lors ceux qui condamnaient hier Karim Wade deviennent aujourd’hui ses principaux défenseurs. Ceux qui l’avaient sanctionné dans son propre bureau de vote hier, brandissent des pancartes aujourd’hui pour réclamer sa libération. Ceux qui étaient prêts à sacrifier leur vie lors du 23 juin 2011, date symbolique dans l’histoire politique du Sénégal, lui témoignent aujourd’hui tout leur soutien. Pour preuve, son procès est très médiatisé. On en parle partout. Le palais de justice, lors des trois premières audiences a refusé du monde. Une cohorte de Sénégalais longeait les artères du centre-ville de Dakar et une longue file indienne était visible à l’entrée du palais de justice. Tous scandaient cette parodie : « libérez Karim Wade » pour manifester son innocence.

Le sénégalais oublie vite son passé récent ou c’est son caractère manifeste de volt face qui prédomine dans sa subconscience car l’avènement de Karim Wade date de deux ans. Ce passé est si proche pour oublier toute cette haine que nous avions tous ressentie à son égard. Beaucoup d’entre nous souhaitaient le voir en prison afin que la justice l’oblige à restituer ses supposés milliards qui dorment dans ses comptes bancaires situés à des milliers de kilomètres  du Sénégal et présents dans plusieurs pays. Nombreux sont ceux qui  luttaient pour qu’il paye par rapport à toutes ces années de souffrance qu’il a causées à plus de dix millions de sénégalais. Comment on peut vouloir quelque chose et son contraire? Aujourd’hui il serait mieux de manifester cette même hargne, cette même détermination pour que des innocents qui croupissent toujours en prison soient acquittés ; Il serait préférable de crier haut et fort pour que les détenus oubliés en prison depuis des années soient jugés. Il serait judicieux d’exprimer la souffrance de milliers de sénégalais et à tous les niveaux plutôt que de s’attarder sur des questions politiques politiciennes.

Toutefois, il devient urgent de recadrer le contexte actuel de la détention et du procès de Karim Wade avec tout ce tapage y affairant. Les sénégalais éprouvent aujourd’hui un sentiment de tristesse en la personne de Karim Wade après une longue période de détention d’une part et ils sont remontés et déçus à la fois par ce gouvernement qui tâtonne depuis deux ans et qui emprunte la même voie que leur prédécesseur et s’attarde aussi sur la question des biens mal acquis d’autre part. Le dossier  Karim Wade (les biens supposés mal acquis) n’est-il pas une manifestation chronique de l’incapacité permanente de ce régime en vue de mettre en place une politique pour sortir le Sénégal de la crise économique, sociale, judiciaire entre autres dans laquelle il se trouve depuis un certain temps et de poser des actes concrets de développement?

Bref, à tout ceux qui croient et militent activement et avec ignorance à la cause des politiques politiciennes, cela n’engage qu’eux car les promesses politiques sont semblables à l’écume qui se renouvelle toujours et avec la même forme. 

Joomla Templates and Joomla Extensions by ZooTemplate.Com
Ziz le thianeur

Ziz le thianeur

Le mec que tu vois au coin de la rue avec son barada et le petit fourneau, celui là avec son pli de journaux et son stylo, lui avec sa tête poilu et son petit bonnet dessus... Éhhh oui, c'est moi, celui qui passe son temps dans le quartier à faire du thé en longueur de journée...

 

Me voici, Ziz' le Thianeur, pour vous servir!

Site web: www.ruepublique.net
Haut de la page